Fabula rasa ou l’utopie de l’homme ahistorique sur les terres de sang

Le colloque réfléchira à la (re)vision de la modernité esthétique dans la continuité des avant-gardes des années trente au cours de l’immédiat après-guerre. Quelles pratiques artistiques dominent en Europe Centrale durant cette période marquée par la découverte des camps, du nombre des victimes et la mise en place des régimes communistes ? Dans un contexte qui va de l’euphorie de la victoire et de la reconstruction à la grande terreur stalinienne, on s’intéressera aux retombées du frottement au marxisme. A-t-il été possible, dans la continuité des adhésions de l’entre-deux-guerres, de mettre en pratique les utopies esthétiques des années trente en littérature, architecture et art visuels avant le couperet du jdanovisme ? Dans quelles conditions cela a-t-il pu se faire ? Quel art a-t-il été créé en Europe Centrale en ces temps d’émotions extrêmes ? Qu’est-ce que les artistes avaient à dire qui était spécifique de l’expérience de cette Autre Europe ? La carte de l’Europe Centrale a été profondément modifiée. L’art a-t-il subi la même transvaluation ? Quel rôle devait-il jouer désormais : expression de la nouvelle réalité qui du passé a fait table rase ou outil de propagande ? Comment a-t-il négocié sa nouvelle place et son langage ?

 

 

Date

14 Mai 2020 - 16 Mai 2020

Heure

09:00 - 18:00

Labels

REPORTÉ
Catégorie

Organisateur

Centre de civilisation polonaise Sorbonne Université

Współorganizatorzy

Centre Scientifique Académie Polonaise des Sciences
Eur'Orbem
Université de Nancy