L’enseignement des langues de spécialité à l’heure de la globalisation

La globalisation, telle que posée par Sassen (2009) est portée par un réseau de grandes métropoles mondiales qui insufflent des dynamiques financières, concentrent une bonne part des flux migratoires et voient se construire des pratiques sociales hybrides, notamment pour ce qui concerne la consommation de biens et les modèles éducatifs. La combinaison de ces grandes tendances globales et des caractéristiques contextuelles locales a encore été peu interrogée en didactique des langues, bien que les phénomènes liés à la globalisation conditionnent les actions de l’éducation langagière et la confrontent constamment à de nouveaux défis. On sait depuis longtemps que même si « les manières de faire » dans tel ou tel domaine sont proches, « les manières de dire » ne sont pas forcément identiques, du fait même que les genres discursifs correspondent à un « style collectif » ritualisé, qui privilégie donc certaines formulations et modes d’échange, apparaissant dans une langue et une culture données comme « légitimes ». Il se pose ainsi un réel besoin de réflexion, mais aussi d’échange des expériences et des perspectives sur les modalités de l’enseignement des langues étrangères (surtout de spécialité) dans un contexte mondialisé.
Dans un monde de plus en plus global, il convient de s’interroger sur les questions urgentes liées à l’enseignement des langues de spécialité. Comment définir une langue de spécialité ? Quelles pratiques sont les plus représentatives d’une langue de spécialité donnée ? Celles des pays européens qui en ont été les berceaux et qui produisent encore une grande part du matériel pédagogique édité ? Celles des pays émergents à la démographie plus dynamique qui affichent un nombre de locuteurs d’ici peu bien plus important ? Celles des pays les plus influents, qui imposent des pratiques communicatives reprises dans d’autres langues que la leur ? Dans une perspective globale qui intègre autant de lignes de forces, peut-on encore parler de langue de spécialité au singulier : par-delà les variations lexicales et phonologiques locales, y-a-t-il au plan du discours et de la communication un anglais des affaires ? un français de la mode ? un français médical ?
Le colloque se tiendra sous format hybride. Les communications pourront être présentées en français ou en anglais.

Call for Papers Appel à communication

Un résumé de 300 mots, avec un titre et cinq mots clés, en français ou en anglais est attendu pour le 10 juin 2021, à envoyer à lsp.globalisation@gmail.com

La proposition de communication doit également comprendre les nom et prénom, rattachement institutionnel et adresse mail de son auteur.e.

Les conférenciers suivants nous feront l’honneur d’animer les conférences plénières

Dr hab. Elżbieta Gajewska, prof. UP travaille dans l’Institut des Langues Vivantes (Instytut Neofilologii) à l’Université Pédagogique de Cracovie. Ses principaux domaines de recherche sont les ainsi dites « langues utilisées à des fins spécifiques » ou Languages for Specific Purposes (leur description linguistique, didactique et traduction), ainsi que les transformations de la communication et de l’enseignement des langues sous l’influence des technologies modernes. Co-auteure de la monographie LSP, FOS, Fachsprache. Dydaktyka języków specjalistycznych, elle est  également responsable du volet « formation langagière sur objectifs spécifiques » dans le cadre du projet « Le Cloud éducatif de Małopolska ».

 

 

Prof. Dr. Christian Efing est titulaire de la chaire « La langue allemande contemporaine » à la RWTH Aachen University. Avant, il était, pendant six ans, professeur de didactique de la langue allemande à la Bergische Universität Wuppertal. Les objectifs de ses recherches sont la communication professionnelle en formation et profession, les registres du langage professionnel et des langues de spécialité et la sociolinguistique. Il est l’éditeur responsable de la revue scientifique Sprache im Beruf Kommunikation in der Aus- und Weiterbildung – Forschung und Praxis.

 

 

Jean-Marc Mangiante est Professeur des Universités en Linguistique française et Didactique du FLE/FOS, à l’Université d’Artois, responsable du Master FLE/FLS/FOS en milieux scolaire et entrepreneurial (en présentiel et à distance) et du Diplôme d’Université (DU) de Français sur Objectif Universitaire, de l’Université d’Artois. Il est responsable de la série Didactique des Langues au sein de la collection Études Linguistiques d’Artois Presse Université (APU). Ses travaux de recherche portent sur l’Analyse de discours spécialisés, la Didactique du français sur objectif spécifique et universitaire (FOS/FOU).

 

 

Cédric Sarré est Maître de Conférences en études anglophones à Sorbonne Université – INSPE de Paris. Ses travaux de recherche, au sein du CELISO (Centre de Linguistique en Sorbonne), portent sur l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies (ALMT), les interactions pédagogiques en cours de langues, l’anglais de spécialité (selon une approche institutionnelle, épistémologique et didactique) et la formation des enseignants de langues.

 

Virginie André est maître de conférences HDR à l’Université de Lorraine (ATILF – CNRS).

Elle est spécialiste de l’analyse sociolinguistique des interactions verbales et de son implication en didactique des langues. Elle travaille plus précisément sur l’exploitation des corpus à des fins didactiques. Elle mène ses recherches en sociolinguistique et en didactique auprès des publics d’étudiants, de migrants et de natifs en insécurité langagière.

Voir sa page web : https://perso.atilf.fr/VirginieAndre/

 

Prof. Hervé Adami est sociolinguiste et didacticien du français. Il travaille sur les questions de la formation linguistique des adultes en insécurité langagière (migrants, personnes en situation d’illettrisme, analphabètes) qui sont engagés dans des parcours d’insertion sociale et professionnelle. Il s’intéresse par ailleurs aux politiques et aux idéologies linguistiques.

 

 

Étiquettes :

Date

07 Oct 2021 - 08 Oct 2021

Heure

08:00 - 18:00

Labels

PRÉVU

Lieu

Centre Scientifique Académie Polonaise des Sciences
74, rue Lauriston – 75116 Paris

Organisateur

Centre de civilisation polonaise Sorbonne Université

collaborateur

Université Marie Curie-Sklodowska